Avertir le modérateur

29/06/2012

Traiter la drogue avec sérieux

L’Uruguay fait face au problème de la légalisation du cannabis.

1235185579043_f.jpg   La proposition d’étatiser la production et la distribution de la marijuana a mis en relief un sujet qui le mérite. Peut-être le gouvernement a-t-il lancé l’idée pour détourner l’attention d’autres sujets plus délicats, comme l’augmentation des peines (qui dérange une bonne partie de la gauche) ou la tentative de contrôle des médias (qui inquiète l’opposition). Il est clair en outre que la proposition fut lancée sans une réflexion suffisante, comme le montrent les réactions du ministre Fernandez Huidobre et de l’ex-président Tabaré Vasquez. Néanmoins, même de cette façon, la recherche de solutions innovantes face à la menace du narcotrafic est un sujet qui mérite la priorité.

   Depuis déjà plusieurs décennies, les Etats perdent peu à peu la lutte contre le narcotrafic. Non seulement le fait est qu’ils ne peuvent pas le vaincre, mais c’est plutôt le contraire. Les narcotrafiquants brassent toujours plus d’argent et ont une capacité supérieure de corrompre les institutions. Ils parviennent à contrôler de grands territoires (comme en Amérique Centrale) et à plonger dans la violence des sociétés entières (comme au Mexique). Même les succès obtenus sont incomplets. La Colombie a eu des résultats, mais cela a donné un déplacement du trafic vers d’autres régions du continent.

   Cette dure réalité a plusieurs explications. Certaines ont à voir avec le pouvoir même du narcotrafiquant : il est très difficile que la justice, la politique et la police restent propres si l’on offre des pots-de-vin de centaines de milliers de dollars. D’autres raisons sont liées à l’évolution du trafic : étant donné que les grands trafiquants tendent à rétribuer leurs intermédiaires par de la drogue et non pas par de l’argent (à cause de l’augmentation des contrôles contre le blanchiment), on crée une forte offre locale qui a fini par effacer la distinction entre pays de transit et pays consommateurs. D’autres raisons ont toujours à voir avec des phénomènes de large portée, comme le déclin de la famille traditionnelle ou la dégradation de l’enseignement.

   Cette accumulation de facteurs oblige à songer à de nouvelles voies. Que le gouvernement le comprenne de cette façon est loin d’être critiquable. Le problème c’est qu’il le fasse avec légèreté.

   Cela a-t-il un sens de mettre la production et la distribution de la marijuana entre les mains d’une bureaucratie étatique qui montre tous les jours son inefficience et son manque de contrôle ? Car nous ne parlons pas ici d’un Etat abstrait mais de l’uruguayen. Celui-là même qui a échoué à réagir face aux nombreux indices montrant qu’il y avait des infirmiers tuant des gens. Celui-là même qui n’arrive pas à faire fonctionner les prisons et les foyers de l’INAU. Celui-là même qui dépense de l’argent pour réparer des voies qui s’avèrent inutilisables par la suite. Celui-là même qui, à l’échelle de la municipalité, sermonne tout juste des fonctionnaires qui utilisent des biens publics pour restaurer leur propre maison. C’est entre ces mains que nous allons mettre la marijuana ? Nous ne sommes pas capables de contrôler le stock de morphine dans un CTI mais nous prétendons contrôler le stock de cette substance ?

   D’autre part, a-t-on pensé aux possibles effets indésirables de cette politique ? Par exemple, à qui va-t-on la vendre exactement ? Aux seuls majeurs ou aux mineurs aussi ? Il est notoire qu’une grande partie du public consommateur de marijuana a moins de 18 ans. L’Etat va-t-il vendre de la drogue à des enfants de 14 ans ? C’est dur à accepter. Et si l’on en vend aux seuls majeurs, non seulement les narcotrafiquants retiendront une bonne portion du marché, mais ils auront un nouvel aiguillon pour stimuler la consommation chez les mineurs, parce que ce n’est que là qu’ils pourront s’étendre.

   Et qu’allons-nous faire du marché noir qui va sans doute se créer ? Qu’il y ait un registre d’acheteurs ou pas et que l’on demande les mégots ou pas, de nombreuses personnes qui ne sont pas consommatrices ou consomment très peu vont découvrir l’astuce de retirer de la marijuana sous leur nom pour la revendre ensuite. Va-t-on pénaliser ce comportement ? Si la réponse est affirmative, on ouvrira un nouveau front de répression. Et si elle est négative, nous courons le risque de transformer l’Etat uruguayen en pourvoyeur de drogue de toute la région.

   Penser des solutions innovantes ce n’est pas proposer n’importe quoi. Le problème qui préoccupe le gouvernement est réel, mais sa proposition montre toujours le même degré d’improvisation qu’il exhibe dans d’autres sphères. Contraints de chercher des alternatives, l’idée de légaliser la culture domestique semble plus sensée et moins exposée à des effets indésirables.

   Au lieu de nous aliéner en faveur ou à l’encontre d’une proposition peu réfléchie, nous autres Uruguayens méritons une étude étayée et sereine.

 

Texte original : Editorial - El País (Uruguay) (2012). "Enfrentar la droga con seriedad"

15:03 Publié dans Article, Citoyenneté, Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uruguay | |

15/06/2012

Les chemins du Che

Reportage sur la route touristique du Che (Bolivie, Argentine, Cuba) entre mythification et mystification.

los-caminos-del-che.jpg   « L’Armée a donné une information étrange sur la présence de 250 hommes à Serrano pour barrer le passage aux assiégés au nombre de 37 en situant la zone de notre refuge entre les fleuves Acero et Oro. Le renseignement ressemble à une diversion. » Sept octobre 1967, Quebrada del Yuro, Bolivie. Ce sont les derniers mots qu’Ernesto Che Guevara a notés dans son journal. Deux jours après, le gouvernement de Bolivie annonçait que le guérillero était mort au combat.

   Quatorze ans auparavant, le 7 juillet 1953, débutait dans la station portuaire de Retiro la traversée qui transformerait le jeune docteur Ernesto Guevara de la Serna en Commandant Che Guevara. Le futur guérillero, flanqué d’un ami d’enfance, s’embarquait pour la Bolivie avec l’idée d’arriver à Caracas, où il se réunirait avec Alberto Granados, avec qui il avait parcouru à moto diverses régions d’Argentine, du Chili, du Pérou et de Colombie. Mais le destin a voulu mener ses pas au Mexique, au Guatemala et finalement à Cuba, où l’histoire de sa vie, et avec elle l’histoire de l’humanité, effectuerait un virage à 180 degrés.

   Cet hiver 1953, ses amis, qui le décrivent comme une personne de sensibilité sociale, mais sans grand militantisme politique et proche de postures péronistes – et donc anti-communistes – ne pouvaient pas se douter qu’Ernesto serait une pièce maîtresse dans le succès de la première révolution d’inspiration marxiste qui triompherait dans le continent, de la main de Fidel Castro, en 1959. Personne n’imaginait non plus ce 7 juillet que Guevara retournerait en Bolivie treize ans plus tard, décidé à étendre la révolution dans la jungle où il a trouvé la mort. Un mythe était né.

 

La force du symbole

   Ernesto Che Guevara est un peu plus que l’un des guérilleros les plus célèbres du 20ème siècle. Il est un peu plus qu’un Argentin universel. Il est un symbole pour toute l’Amérique Latine, qu’il a parcourue durant ses voyages successifs. Au fait de ce potentiel symbolique, les gouvernements des pays les plus importants de sa biographie – son Argentine natale, le Cuba qui a embrassé sa révolution et la Bolivie où il a trouvé la mort – veulent unir leurs efforts pour rattacher les routes touristiques qui reproduisent les mouvements du guérillero.

   Cela fait longtemps que la Bolivie et l’Argentine ont tracé des routes touristiques autour de la figure mythique du Che. Le nouveau circuit argentin « Les Chemins du Che » parcourt les provinces de Cordoba, Misiones, Santa Fe et Neuquen, quelques unes des étapes les plus importantes de la biographie du jeune Guevara, en passant par des centres comme Le Musée Hogar Misionero du Che à Misiones ou le Musée La Pastera à San Martin de los Andes. On va maintenant travailler à la liaison de ce circuit avec la « Route du Che » bolivienne, qui parcourt 800 kilomètres et traverse les montagnes du sud-est bolivien où Guevara et ses hommes de l’Armée de Libération Nationale luttèrent entre mars et octobre 1967. Le parcours s’achève à La Higuera, où le Commandant fut fait prisonnier et à Vallegrande, où son cadavre fut exposé et enterré dans une fosse commune jusqu’à ce qu’en 1997, les corps fussent récupérés et transférés à Cuba.

 

Union d’efforts

   Des délégués des ministères du Tourisme et de la Culture d’Argentine et de Bolivie se sont réunis à La Paz, le 28 mai dernier et ont créé une commission ayant pour but de collaborer étroitement dans la promotion de la route binationale et des musées des deux pays, ainsi que l’échange d’informations et de moyens. Le pas suivant sera d’étendre le projet à Cuba, en passant par les lieux où le Che a laissé son empreinte, de la Sierra Maestra à La Havane. C’est dans l’île, durant la récente foire FitCuba, que le gouvernement argentin a présenté son projet et que le secrétaire du Tourisme argentin, Daniel Aguilera, a manifesté son intention de « développer le produit à travers toute l’Amérique Latine ».

   En toile de fond, toujours, l’éternelle polémique sur la mercantilisation de la figure du Che, laquelle, incarnée par la photo de Korda, illustre des tee-shirts et des drapeaux dans tout le monde globalisé. Ce débat que le chanteur argentin Kevin Johansen pose dans « Mc Guevara’s o Che Donald’s » et que tranche ainsi Dario Fuentes, directeur de La Pastera, le Musée du Che à Neuquen : « Les utopies du Che font partie des nôtres ; c’est pour cela que nous voulons réhabiliter la valeur de son legs en formant un circuit de mémoire historique latino-américain ». Voilà la route touristique vue non pas comme un produit lucratif, mais comme une façon de récupérer et de diffuser la vie et l’œuvre du guérillero, que tout le monde reconnaît sur une photo, mais dont les idées demeurent méconnues.

 

Texte original : CASTRO N. (2012). "Los caminos del Che"

16:23 Publié dans Article, Histoire, Musique, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bolivie, argentine, cuba | |

07/06/2012

Le désert

Tranche de survie dans le désert séparant le Mexique de l’Eldorado nord-américain.

 desierto_altar_sonora_mexico_02.jpg  Ce devait être peu avant l’aube, il faisait très froid dans ce désert qui, c’est une honte, ne figurait sur aucune carte sous son nom ; Elena, étendue sur le dos sur le sable gelé, regardait vers l’infini, essayant (sans vraiment y parvenir) de bouger ses doigts engourdis pour écarter les cheveux qui lui couvraient les yeux… elle voulait pouvoir voir les étoiles qui s’évanouissaient, le ciel tout entier, elle voulait voir Dieu tout entier.

   « Où es-tu ? »

   Pensait-elle…

   Elle ne pouvait pas parler, elle avait la gorge enflée d’avoir pleuré sans cris.

   « Vas-tu me laisser mourir ici ?... Je veux revoir mes enfants…

   Est-ce un châtiment ? »…

   Le groupe de personnes avec lequel elle avait passé la frontière s’était désuni sous l’effet de la poursuite de la patrouille. Elle vit des hommes en uniforme aux visages semblables à ceux des fuyards courir, frappant et insultant tous ceux qu’ils parvenaient à rattraper ; elle et un autre étaient tombés dans un trou en essayant de se mettre à l’abri.

   Elle était là, immobile, respirant à peine pour ne pas être vue. Maintes heures avaient passé et elle n’entendait pas le moindre bruit, elle essaya de se redresser et quand elle posa sa main sur le sable, elle toucha une autre main froide, immobile, raide… c’était celle du garçon de quatorze ans qui avait voyagé depuis l’Equateur pour voir sa mère, il voulait aller jusqu’au Canada.

   Elle le reconnut quand les premiers rayons de soleil commencèrent à illuminer ce désert qui était toujours triste…

   Elena s’agenouilla et commença à faire une prière pour la mère du garçon, elle arracha le rosaire de son cou, le mit dans sa bouche morte et lui ferma les yeux.

   « Durant les quatorze premières années de la vie, le mot que l’on prononce le plus est « Maman », ce doit être horrible de ne pas être là pour l’entendre.

   C’est une partie de cette prière à Dieu qui déboucha sur des plaintes à ciel ouvert…

   « Comment survit-on l’âme divisé par des frontières ? »

   Elena murmurait entre deux sanglots rageurs, courts, qui lui transperçaient la poitrine comme des petits couteaux.

   « Comment survit-on sans pouvoir regarder tous les jours nos enfants ?... Pourquoi ne peut-on pas vivre quand nos enfants pleurent de faim ? Comment vit-on dans un pays où l’on ne peut jamais trouver de travail ? Comment survit-on dans des pays où la séquestration, la corruption, les assassinats, les violations des droits de l’homme sont notre pain quotidien, bon sang ! Réponds-moi !...

   Le désert ému souleva un peu de poussière pour caresser le visage d’Elena, il voulait la consoler. Tant de fois il avait entendu ces prières – appels. Tant de corps de mères, d’enfants, de pères, de frères… tant de Christ il gardait dans son ventre de sable, c’est là qu’ils avaient disparu, c’est là qu’il avait éprouvé les désirs de prétendre manger tous les jours, c’est là qu’étaient enterrées les âmes conscientes qui ne voulaient pas seulement survivre, elles voulaient vivre ! C’est là qu’étaient enfouies maintes ultimes pensées ; de temps en temps, le désert les laissait réapparaître sous la forme de minuscules petites fleurs blanches sous des arbustes nains.

   « Donne-moi un peu d’eau au moins ».

   Criait Elena à Dieu tandis qu’elle grattait le sable avec ses mains pour faire une sépulture aux désirs sans corps. Le désert se hâta de faire surgir une petite flaque d‘eau glacée, ce fut assez pour boire et pour se laver le visage, pour retirer le sable de son nez et d’entre ses dents, suffisant pour se mettre debout et chercher un point qui lui indiquerait une direction à suivre.

   Une lueur attira son attention à une distance qu’elle calcula, elle pouvait l’atteindre avant que le soleil ne brûle davantage, elle jeta un dernier regard sur la douleur d’une mère au fils mort et commença à marcher… accompagnée à son insu du désert.

   « Et ces fables où tu as ouvert la Mer Rouge, où tu as libéré un peuple de l’esclavage, où tu les as nourris dans le désert ? »

   Elena pensait que Dieu était meilleur avant que maintenant.

   « Abraham, tu lui as donné autant de descendance que d’étoiles dans le ciel, moi au moins, laisse-moi revoir mes enfants… je sais bien qu’ils disent que je ne suis pas une sainte, mais je crois toujours en toi, tu le sais, n’est-ce-pas ?

   Soudain, le désert la tira se sa prière silencieuse en enfonçant un de des pieds, elle essaya de ne pas perdre l’équilibre et regarda vers le nord : un camion d’une marque de bière approchait à grande vitesse, Elena trouva instinctivement la force que donnent le courage et l’impuissance, se serra l'estomac et entama une course folle en agitant ses mains levées au ciel pour que le chauffeur pût la voir, l’homme au camion l’aperçut au bord de l’autoroute et commença à réduire sa vitesse, jusqu’à s’arrêter face à elle.

   Un nuage de poussière enveloppa Elena la maltraitée, le désert voulut faire ses adieux, l’embrassa au milieu d’un vent sablonneux où flottaient les âmes et les désirs qui étaient restés vivre auprès de lui.

   « Merci, vous êtes un ange ! »

   Parvint à dire Elena.

   « Et vous, vous êtes un miracle, peu de gens survivent dans ce désert. »

   Lui répondit l’ange blanc, en anglais.

 

   Yolanda Chavez

   Los Angeles, Californie

 

Texte original : CHAVEZ Y. (2011). "El desierto" - Premier prix du concours de Conte Court Latino-américain organisé par l’Agenda Latino-américain

15:03 Publié dans Citoyenneté, Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mexique, etats-unis | |

01/06/2012

Education populaire

José Marti, buste du révolutionnarisme cubain, théorise sur l’éducation.

José Marti.jpg   L’instruction ce n’est pas la même chose que l’éducation : l’une renvoie à la pensée et l’autre principalement aux sentiments. Toutefois, il n’est pas de bonne éducation sans instruction. Les qualités morales augmentent en valeur quand elles sont rehaussées par les qualités d’intelligence.

   L’éducation populaire ça ne veut pas dire exclusivement l’éducation de la classe pauvre ; mais que toutes les classes de la nation, qui est l’équivalent du peuple, soient bien éduquées. De même qu’il n’y a aucune raison d’éduquer le riche et pas le pauvre, quelle raison y’a-t-il d’éduquer le pauvre et pas le riche ? Tous sont égaux.

   Celui qui sait plus vaut plus. Savoir c’est avoir. La monnaie fond, pas le savoir. Les bons ou le papier-monnaie ont plus ou moins de valeur, voire aucune : le savoir a toujours la même valeur, toujours grande. Un riche a besoin de son argent pour vivre et il peut le perdre, il n’a alors plus de mode de vie. Un homme instruit vit de sa science et comme il l’a en son for intérieur, il ne la perd pas, son existence est facile et sure.

   Le peuple le plus heureux est celui qui aura les enfants les mieux éduqués, dans l’instruction de la pensée et dans la direction des sentiments. Un peuple instruit aime le travail et sait en tirer profit. Un peuple vertueux vivra plus heureux et plus riche qu’un autre empli de vices et il se défendra mieux contre toute attaque.

   En venant au monde, tout homme a le droit d’être éduqué, après quoi, en retour, il doit contribuer à l’éducation des autres.

   On peut tromper un peuple ignorant par la superstition et le rendre servile. Un peuple instruit sera toujours fort et libre. Un homme ignorant est en voie de devenir baudet et un homme instruit dans la science et dans la conscience est en voie de devenir Dieu. Il n’y a pas à hésiter entre un peuple de Dieux et un peuple de baudets. La meilleure façon de défendre nos droits c’est de bien les connaître ; c’est ainsi que l’on a la foi et la force : toute nation sera malheureuse tant que l’on n’éduquera pas ses enfants. Un peuple d’hommes éduqués sera toujours un peuple d’hommes libres. L’éducation est le seul moyen de s’affranchir de l’esclavage.  Tout aussi répugnant est un peuple esclave d’hommes d’un autre peuple que d’hommes du peuple lui-même.

 

Texte original: MARTI J. "Educación Popular"

15:48 Publié dans Education, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cuba | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu